Imprimer

L'église de l'EmmL’église de l’Emm est à la fois l’église paroissiale de Metzeral-Sondernach (St-Blaise - Communauté de paroisses catholiques du Val Saint-Grégoire de Munster), le lieu d’un pèlerinage séculaire dédié à la Vierge (Notre-Dame des Sept Douleurs et Notre-Dame des Neiges) et enfin un Mémorial consacré aux soldats de la Grande Guerre tombés dans les Vosges, notamment lors de la bataille de Metzeral en juin 1915.

 

La dénomination d’Emm provient du nom de la colline sur laquelle est juché le sanctuaire, évoquant la légende d’Emma et Roland de Roncevaux. Certains affirment qu’à l’heure de minuit, l’âme d’Emma plane autour de la colline et fait entendre une plainte émouvante à l’adresse de Roland qui la rejoint sur son cheval blanc.

L’église de l’Emm © S. Wernain, 2005.

 

Histoire

L’ancienne chapelle de l’Emm – Illustration de P. Fritsch, s.d.Jusqu’en 1450, Metzeral et Sondernach dépendaient de la paroisse de Muhlbach créée en 896. Une chapelle dédiée à Notre-Dame des Neiges fut ensuite construite sur la colline, à l’emplacement, selon la légende, d’un ermitage fondé par Emma en souvenir de son fiancé Roland. Détruite au cours des guerres, elle fut reconstruite en 1758 sous le patronat de Saint-Blaise. Devenue mixte à la suite de la Réforme, cette nouvelle chapelle, en 1899, fut réservée aux catholiques. Le 2 février 1900 eut lieu la fondation de la nouvelle paroisse de Metzeral-Sondernach.

L’actuelle église-mémorial de l’Emm, bâtie sur le site même de la chapelle qui fut détruite au cours des affrontements de la bataille de Metzeral, est l’œuvre de l’abbé Martin BÉHÉ (1877-1963).

 

Ruines de l’ancienne chapelle de l’Emm, s.d. Ruines de l’ancienne chapelle de l’Emm - Auteur  H. Linsig (Archives Départementales du Haut-Rhin, 9 Fi 1369).

Arrivant dans la vallée en 1921, il découvre un paysage encore marqué par la guerre. "Pour ce motif et parce que centre des champs de bataille des Vosges et gardienne fidèle des tombes de nos soldats, Metzeral était tout désigné pour avoir sur son sol cette Eglise votive que la générosité des familles éprouvées d'Alsace et de France avait voulu élever à la mémoire de leurs fils, de leurs époux, de leurs pères tombés sur les cimes des Vosges et reposant paisiblement dans les cimetières militaires si nombreux des alentours".

De 1922 à 1923, se constitue un comité de l'œuvre du « Souvenir Alsacien », sous le haut patronage de Mgr RUCH, évêque de Strasbourg et du Général de POUYDRAGUIN, ancien commandant de la 47ème division et ancien gouverneur militaire de Strasbourg, dans lequel on trouve des personnalités appartenant à toutes les régions de France. Des ventes de charité sont organisées dans les grandes villes de France (Paris, Lyon et Bordeaux) ainsi qu'à l'étranger (notamment en Suisse). La consécration de l'édifice a lieu le 4 octobre 1931 et celle des cloches le 3 juillet 1932, cérémonies toutes deux en présence de Mgr RUCH, du Général de POUYDRAGUIN, de madame la Général SERRET et de nombreuses autres personnalités.


La bataille de Metzeral (1915)

Le 3 août 1914, l'Allemagne déclare la guerre à la France. Théâtres d'opérations secondaires, l'Alsace, région éminemment symbolique et les Vosges en particulier n'en restent pas moins le lieu de combats féroces qui marqueront autant le sol que les esprits.

Après d'intenses luttes, les opérations militaires se déplacent dans la Grande Vallée (début 1915) alors que dans le même temps des combats acharnés ont lieu au Hartmannswillerkopf devenant le symbole de la bataille des Vosges.
Nouvellement nommé au commandement de la 47ème division, le Général de Pouydraguin obtient l'autorisation de conjuguer ses forces avec celles du Général Serret à la tête de la 66ème division. Ces opérations ont pour but de refouler les troupes ennemies au-delà de la haute vallée de la Fecht. Après de vaines tentatives, les deux généraux se décident pour une grande offensive.

Le 9 juin la population de Metzeral et de Sondernach est évacuée. Le 15 juin l'assaut est mené. Les troupes de la 47ème division se mettent en branle. Montagnards de Savoie, du Dauphiné, du Massif Central et de Provence partent à l'attaque. La 66ème division quant à elle se heurte à une vive résistance à l'Hilsenfisrt.

Metzeral en ruines, 1919. Metzeral en ruines, 1919.

 

L'assaut sur Metzeral est donné le 20 et 21 juin par les deux divisions. Le combat est à même le village. On se bat au corps à corps, à coup de crosse, de baïonnette pour reprendre des rues, le cimetière, la gare… Un communiqué allemand du 23 juin fait état de la prise des deux localités de Metzeral et Sondernach et le 24, la bataille de Metzeral est officiellement remportée par les troupes françaises. Metzeral et la haute vallée de la Fecht sont en ruines. Un mois s'est à peine écoulé qu'une autre bataille commence, celle du Linge (20 juillet 1915) appelée à devenir le tombeau de milliers de chasseurs…

   

A partir de la fin de l'année 1915 les combats dans les Vosges perdent de leur intensité, mais le bilan est lourd ainsi qu'en témoignent les différents cimetières militaires qui parsèment les Vosges. La nécropole nationale du "Chêne Millet" (2632 corps) située entre Metzeral et Mittlach en est une parfaite illustration.

Cérémonie militaire en l’église de l’Emm © S. Wernain, 27 février 2004. Cimetière militaire du « Chêne Millet » à Metzeral © S. Wernain, 2005.

 


Description

A l’extérieur, le matériau dominant est le grès rose des Vosges des carrières Rauscher d’Adamswiller dans le Bas-Rhin dont fut faite la cathédrale de Strasbourg. Une dédicace en lettres majuscules se détache de l'harmonieuse façade : « A nos vaillants soldats, l'Alsace reconnaissante ».

Façade de l’église de l’Emm illuminée © S. Wernain, 2010. L’église de l’Emm illuminée © S. Wernain, 2005.

 

Le clocher s’inspire de la tour de l’ancienne chapelle de Fourvière, souvenir d’une vente de charité en 1926 et abrite quatre cloches classées. Le Bourdon (Do), clef de voûte d'un carillon en ut majeur, rappelle l'envolée sourde et majestueuse du Bourdon de l'ossuaire de Douaumont.

Carillon en do majeur : Do : 2400 kg / Ré : 1700 kg / Mi : 1150 kg / Sol : 700 kg.

 

A l’intérieur, le chef-d’œuvre de l’église est sans conteste le Maître-Autel fait de marbre blanc de Carrare.

Le Maître-Autel en marbre de carrare © S. Wernain, 2010. Le chœur de l’église de l’Emm © S. Wernain, 2010. Détail du Maître-Autel © S. Wernain, 2010.

Au centre de la nef, la chapelle du pèlerinage abrite une Pietà de Notre-Dame des Sept Douleurs du XVIe s. (datation contestée). Volée en 1764, elle aurait été retrouvée en 1944 (voir "Le Pèlerinage à Notre-Dame des Neiges").

Le long de la nef, dans les arcades de 1m80 de haut, sont placées des plaques de marbre jaune de Sienne sur lesquelles sont gravés les noms des soldats tombés dans les Vosges.

L’aspect général de l’église est rehaussé de vitraux de grande qualité réalisés par la Maison Ott Frères de Strasbourg.

Un vitrail en particulier rappelle la vocation du sanctuaire : au-dessus de la chapelle latérale le vitrail dit du « Souvenir » présente un soldat mourant dans les bras d’un aumônier auquel un ange apporte la couronne des élus.

Pietà © S. Wernain, 2011. Une des plaques de marbre jaune de Sienne © S. Wernain, 2010. Vitrail dit du « Souvenir » © S. Wernain, 2011. Statue du Sacré-Cœur. Reconnaissance du Malgré-Nous alsacien-lorrain pour son retour après  sept ans de captivité en Russie (2nde Guerre mondiale) – Sculpture d’André Bosshardt, 1954 © S. Wernain, 2011.

 

Depuis juillet 2005, l’église de l’Emm s’est dotée d’un nouvel orgue venu remplacer l’ancien, provisoire, installé vers 1950 (voir l'historique). Le nouvel instrument a été réalisé par le Maître Facteur d’Orgue Hubert BRAYÉ de Mortzwiller (Haut-Rhin) et comporte 20 jeux sur 2 claviers et pédale. Des manifestations artistiques de qualité sont organisées chaque année par l’association des Amis de l’Emm.

 

Principales fêtes

Le pèlerinage du 8 mai : la communauté de paroisses propose chaque année un pèlerinage à l’église de l’Emm. A pieds ou en vélo, à partir des différents villages de la vallée de Munster, les pèlerins rejoignent l’église. Un repas tiré du sac précède une messe célébrée au courant de l’après-midi.

Chaque année, au 1er dimanche du mois d’août, une grand’messe est proposée en l’honneur de Notre-Dame des Neiges. Après la messe, un apéritif concert est offert par le conseil de fabrique, avant un repas traditionnel et l’après-midi des vêpres chantées en latin, qui attirent autant les paroissiens que les touristes.

Une messe du souvenir est célébrée le dimanche qui précède le 11 novembre avec la participation des anciens combattants et leur porte-drapeau.

Messe du Souvenir © R. Morganti, novembre 2011.


Cérémonie du Souvenir | Eglise de l'Emm... par amisdelemm